jeudi 12 mars 2015

Volonté, bouger ... mais aussi écouter son corps

Cet hiver j'ai déclaré forfait aux compétitions de tir à l'arc en extérieur à 50 m. J'ai juste joué le rôle de remplaçant.

Mais si mon bras qui tient l'arc était faible et douloureux, je ne me suis pas arrêté de tirer pour autant. J'ai continué à tirer à 18 m, 30m parfois 50m, mais jusqu'au seuil de la douleur raisonnable. Je n'ai pas dépassé les limites que me fixaient mes muscles et les neurotransmetteurs. J'ai juste tutoyé ce seuil en y restant dessus tout en continuant à tirer.

Aujourd'hui, je retire à 50 m, pendant plusieurs heures d'affilées ... je ne force pas sur l'échauffement du bras fragile mais je ne l'omets surtout pas. Ne pas se faire du mal à l'échauffement, juste préparer les muscles à l'effort à venir.
Au fil des jours, j'ai pu tirer de plus en plus longtemps avant de ressentir la douleur ou la fatigue. Peu m'importait la qualité des tirs en terme de performance. Ce n'était pas le nombre de points qui était recherché, mais le nombre de plus en plus élevé de flèches envoyées pas séances. Travailler l'endurance !
 
Voilà, hier, j'ai pu tirer à 30 m deux heures le matin en privilégiant maintenant la qualité et la répétitaiilité du geste dans la durée, et deux heures l'après midi à 50 m en recherchant la qualité des tirs.
 
Pas de douleurs pendant les tirs, alors lorsque je sens que la qualité des tirs devient de plus en plus mauvaise, et que les deux heures se soient écoulées, je m'arrête.
 
Pas de douleurs après !
 
Un excellent compromis entre volonté et écoute de son corps !
 
Je ne ferai pas de compétitions FITA ou FEDERAL cette année, ou bien juste une ou deux épreuves pour tester mon endurance et me permettre de savoir comment cela se passe pour pouvoir y préparer mes élèves.
 
Je ne prends toujours pas de licence Handi-sport ! Ce n'est pas parce que je refuse d'être considéré comme handicapé, mais parce que même si je me classe dans les derniers de ma catégorie, j'ai malgré tout remporté une grande victoire à chaque fois.
 
Le tir Handi-sport ne comporte que très peu d'archer dans ma région. Aussi, concourir, seul dans sa catégorie, et du même coup se classer premier, ce n'est pas très valorisant pour soi-même, dès lors que l'on est apte à faire mieux.
 
Je vais plutôt privilégier le tir 3D en compétition cette année : beaucoup de marche en forêt, avec des dénivelés, des tir sur cibles en trois dimensions à différentes distances. La encore, pour pouvoir me dire, JE L'AI FAIT !

dimanche 1 mars 2015

Je me suis absenté des BLOGS durant une année

Si je ne vous ai pas raconté mes expériences avec ma fibromyalgie durant une année, je ne suis pas resté les deux pieds dans le même sabot.
 
Je vais venir vous raconter mes défis de l'année 2014, et le suivi de la fibromyalgie durant cette période.
 
N'ayez crainte : la fibromyalgie est toujours cloitrée, je la tiens en respect, et je repousse toujours mes limites - dans des proportions que j'estime raisonnables - même si ce n'est pas le goût de tous ceux qui m'entourent, des proches attentionnés et protecteurs qui me freinent également, pour mon bien.
 

Mon défi

Quwill revient :
En 2014, je me suis remis au sport avec un groupe de personnes encadrées par un moniteur sportif. Sports collectifs : hand, volley ... et course d'endurance, tous les mercredi après midi.
 
De nombreuses chutes : faire du sport en salle avec des chaussure de course c'est la chute assurée, quand on arrête le mouvement des pieds, les pieds tiennent bien accrochés au sol et le reste du corps est emmené par son élan. Des chutes spectaculaires mais sans gravité.
 
Je m'y suis mis progressivement en intensifiant mes efforts séances après séances, mais durant les match, je me laisse prendre au jeu : chutes encore !
 
Courses d'endurance en salle : courrir autour de la salle avec des contrôles chrono pour nous pousser à accélérer l'allure chaque tour. Je fais parti du trio de tête. La pratique revient vite par réflex, même si cela fait plus de vingt ans que je ne cours plus.
 
Pas de douleur particulière, je récupère plutôt vite, même très vite, sans soutien particulier. Juste le traitement de fond que je continue à prendre à des doses bien réduites.
 
Un défi : participer à la course de fond qui se court en ville : 15 km en plein centre ville de Beauvais : "les foulées de Beauvais". Je m'y suis inscrit. Présent sur la ligne de départ, j'ai fait le parcours à mon ryhtme et j'ai franchi la ligne d'arrivée.
 

jeudi 8 janvier 2015

Mal de dos : le médicament Lyrica jugé inefficace

Une étude britannique démontre l'inefficacité du Lyrica®, un traitement souvent prescrit en cas de douleurs chronique du dos.

Fabriqué par les laboratoires Pfizer, le Lyrica® aurait-il plus d'effets négatifs que de bienfaits ? C'est ce que craignent les chercheurs de l'université de Rochester, au Royaume-Uni. Egalement connu sous le nom de sa molécule, la "prégalabine", il est souvent prescrit chez les personnes atteintes de douleurs chroniques du dos.

Pas plus d'effet qu'une placebo ?
Au cours de leur étude, les chercheurs ont étudié les cas de 26 personnes âgées de plus de 60 ans souffrant d'une sténose lombaire (canal lombaire étroit). Ils ont comparé l'évolution de la douleur avec un traitement au Lyrica® ou un simple placebo. Résultat ? Aucune différence sur l'efficacité. En revanche, mal de tête, nausées, vertiges, vision trouble... Plusieurs effets secondaires associés à la prise du Lyrica® ont été notifiés.

Selon les chercheurs, avant de prescrire ce médicament pour soulager un problème de dos, les médecins devraient attendre qu'une étude plus poussée confirme ou non sa balance bénéfices/risques.


Source : Commonly Prescribed Drug for Lower Back Pain Not Effective, University of Rochester, 10 décembre 2014

mercredi 25 juin 2014

En apprendre plus sur la fibromyalgie

L'antenne départementale de fibromyalgie tient une permanence cet après-midi, à l'espace des usagers au CHU de la Milétrie.
Cette permanence qui se déroulera de 14h à 17h, est un lieu d'écoute, indiquent ses responsables, ouvert à tout public notamment les personnes souffrant de fibromyalgie, désireuses de mieux connaître le syndrome dont ils souffrent. Les actions de l'association sont de pouvoir aider à une meilleure connaissance de la maladie.

La fibromyalgie. Il s'agit d'un syndrome reconnu par l'organisation Mondiale de la Santé depuis 1992. Il est classifié en rhumatologie comme entité clinique par l'Académie Nationale de Médecine depuis 2007 et par la Haute Autorité de Santé en 2010. La Fibromyalgie se caractérise par des douleurs chroniques rebelles, une grande fatigue et de nombreux troubles associés. Ce syndrome toucherait près de% de la population. Selon l'association, il demeure difficile à prendre en charge et une mobilisation des patients est essentielle.

Fybromyalgie France est une association nationale reconnue d'intérêt général et agréée au niveau national, et à ce titre, représentant les usagers dans les instances hospitalières ou de santé publique. Les délégations régionales de Fybromyalgie France et leurs antennes locales permettent, entre autres, de faire connaître la fibromyalgie, de diffuser les informations de l'association nationale dans les régions, d'être le porte-parole des membres auprès des instances publiques et des professionnels de santé de ces territoires.

Permanence ce mercredi 25 juin, de 14h à 17h à l'Espace des Usagers, tour Jean-Bernard au CHU de Poitiers.
Contact départemental: Bernard Favard, tél. 06.72.74.03.70. Contact régional: Serge Robert, tél. 06.86.78.52.74.
fibromyalgie.france@wanadoo.fr

mardi 3 juin 2014

Montigny-les-Cormeilles : réunion d’information sur la fibromyalgie

Le 7 juin prochain, de 14h à 18h, l’association nationale FibromyalgieSOS organise un groupe d’échange et d’information pour les malades atteint de la fibromyalgie.
 L’Association FibromyalgieSOS continue sa lutte contre la maladie en organisant un groupe d’échanges et d’information pour les malades et leurs proches le samedi 7 juin de 14h à 18h. La réunion sera animée par une thérapeute autour du thème de la naturopathie et fibromyalgie.

L’association souhaite venir en aide aux malades et sensibiliser la population à cette maladie se traduisant par des troubles du sommeil, une fatigue extrême chronique et de vives douleurs tendino-musculaires. Animation à la maison des associations et de la jeunesse en salle 3 au centre commercial « Le Pavé de Montigny » (Carrefour), avenue Aristide Maillot.        

lundi 2 juin 2014

Elle se bat pour faire reconnaître la fibromyalgie

Touchée par la fibromyalgie, Colette Hubert se bat sur son blog et dans une association nationale pour que le syndrome soit reconnu maladie.


Colette Hubert est secrétaire de l'association nationale ; fibromyalgies.fr
Colette Hubert est secrétaire de l'association nationale ; fibromyalgies.fr
La maladie l’a frappée, il y a cinq ans. Assistante juridique, Colette Hubert vit, dans le Calvados, à cent à l’heure. En 2009, la Caennaise est victime d’extrême fatigue, de douleurs diffuses dans les cervicales et les bras Et souffre d’insomnie. Reconnue invalide pour dépression avec douleurs neuropathiques deux ans plus tard, celle qui vit, aujourd’hui à Vallet, ne peut plus travailler.
Seule à son domicile, la Valletaise vit aujourd’hui avec 743 euros par mois. Montant de sa pension d’invalidité. Et une pension de réversion. “Et encore, je n’ai pas à me plaindre. Il y a des personnes pour qui la situation est catastrophique. Personne ne prête d’argent quand on est en situation d’invalidité”, dit-elle. En France, près de 3 millions de personnes souffrent des mêmes maux que la Valletaise. Essentiellement des femmes.
La maladie est reconnue “comme maladie à part entière” par l’Organisation mondiale de la santé, en France, la fibromyalgie reste un syndrome.

Un blog

Un classement qui n’ouvre pas à une prise en charge réelle. Et ne donne aucun droit à un congé de longue maladie. Depuis des années, les associations de malades se battent pour que la maladie soit reconnue officiellement. Comme Fibromyalgies.fr. Colette Hubert est secrétaire de cette petite association nationale.
Le 12 mai, journée internationale de la fibromyalgie, la Valletaise a manifesté devant le ministère de la Santé, à Paris. Le collectif a remis une pétition adressée au président de la République. “La reconnaissance est vitale. Un grand nombre de malades ne peut plus travailler. Souvent, leur vie bascule. Ils sont en fauteuil. Et éprouvent d’énormes difficultés au quotidien. Sans parler des brûlures musculaires, des douleurs intenses qui épuisent”, commente la Valletaise qui en a fait son combat.
Celle connue sur Internet sous le nom de fleur 14 a créé un blog ; Notre fibromyalgie (fleur14.canalblog.com) dans lequel Colette Hubert parle de la maladie. Et des avancées de la recherche.
Contact ; Colette Hubert au 07 77 88 74 35 ou fleur14@free.fr